vague à l'âme

Ou le temps de se rappeler : "quand tu ne sais pas où tu vas, souviens-toi d'où tu viens".  Lao Tseu

Fil des billets - Fil des commentaires

02/12/2014

Ma p'tite tête

Pour écouter ce billet réalisé en direct ce matin à l'antenne, cliquer sur la flèche ci-dessous :

Lecteur audio intégré



Il y a l’agenda que l’on a en poche : je l’oublie souvent, ce qui ma mémoire oblige. Il y a l’agenda que l’on se donne comme programme d’action : celui-là me fatigue. Serai-je en proie à un début d’agenda-phobie, docteur ? Désormais, je feuillète mon agenda à l’envers…
Tenez ! Lundi dernier : Un brin essoufflé, j’atteins le sommet. Vue panoramique, couleurs d’automne. Sur le rocher gît une bouteille. Vide ! Il a fallu qu’un malotru s’en déleste ici. Malappris, mufle, pignouf, gougnafier, coloquinte, goujat, rustre, bac à verre…
Mardi : Trois coups de fils. Trois potes. Trois bénévoles : aux Restos du Cœur, à La Banque Alimentaire, au Secours Populaire, et j’en oublie. Merci à eux : bien qu’amère, cette précarité ne cesse d’augmenter.
Mercredi : A Bordeaux, Juppé et Sarko sont dans un bateau. Juppé tombe à l’eau. Que reste-t-il ? Heu !...
Jeudi : Sport. L’Argentine d’un revers de tennis nous inflige une dégelée. La Suisse nous la transforme en pâtée. Il est vrai que nos rois de la raquette y sont exilés fiscal : pas étonnant qu’ils aient laissé filet (avec un T à filer)!
Vendredi : Redescendu cette bouteille de beaujolais nouveau, abandonnée au sommet. Quand je dis descendu, c’est une image. Bien entendu.
Week-end : Sifflé cet air toute la journée, après avoir lu : « L’enfant qui jouait avec la lune ». A son sous-titre : Chanteur-Jésuite-Alcoolique, je m’dis : « Bon Dieu, mais c’est bien sûr ! ». Années 50-60...

''Rues des longues haies, J’ai joué de la flûte sur la place du marché, ou encore…. Qu’est que j’ai dans ma p’tite tête / à rêver comme ça le soir / d’un éternel jour de fête /d’un grand ciel que j’voudrais voir.''

chaussette.jpg Photo réalisée par Samuel et Agnès-Couverture de mon livre, un roman : PILOU qui sort aujourd'hui

21/10/2014

Céline

Pour fêter les Céline... sur une musique de Vangelis, un poème de Ghyslaine Delisle, cliquer sur la flèche ci-dessous :

Lecteur audio intégré



Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son cœur
Sans remord, sans regret, sans regarder l'heure
Aller de l'avant, arrêter d'avoir peur
Car, à chaque âge, se rattache un bonheur.

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son corps
Le garder sain en dedans, beau en dehors.
Ne jamais abdiquer devant un effort.
L'âge n'a rien à voir avec la mort.

Vieillir en beauté, c'est donner un coup de pouce
À ceux qui se sentent perdus dans la brousse,
Qui ne croient plus que la vie peut être douce
Et qu'il y a toujours quelqu'un à la rescousse.

Vieillir en beauté, c'est vieillir positivement.
Ne pas pleurer sur ses souvenirs d'antan.
Être fier d'avoir les cheveux blancs,
Car, pour être heureux, on a encore le temps.

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec amour,
Savoir donner sans rien attendre en retour
Car, où que l'on soit, à l'aube du jour,
Il y a quelqu'un à qui dire bonjour.

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec espoir
Être content de soi en se couchant le soir.
Et lorsque viendra le point de non-recevoir,
Se dire qu'au fond, ce n'est qu'un au revoir.

castor_du_canada.jpg Castor-du-Canada - Photo : © Samuel Blanc

09/09/2014

Aux Urgences

Cliquer sur la flèche ci-dessous pour écouter ce billet :

Lecteur audio intégré



'' Une infirmière des Urgence, restée anonyme. Voici son texte (extraits) transmis par un ami : « …D’un certain âge -dans les 80 ans- il est arrivé à 8h00 pour faire enlever les points de suture de son pouce. Il dit qu'il était pressé car il avait un rendez-vous à 9h00. J'ai pris ses coordonnées et lui dit de s'asseoir sachant que ça prendrait plus d'une heure avant que quelqu'un ne puisse s'occuper de lui. Je le voyais regarder sa montre et j'ai décidé puisque je n'étais pas occupée avec un autre patient, de regarder sa blessure. En l'examinant, j'ai vu que ça cicatrisait bien, alors j'ai parlé à un des docteurs, j'ai pris le nécessaire pour enlever ses points de suture et soulager sa blessure. Je lui ai demandé s'il avait rendez-vous avec un autre médecin ce matin, puisqu'il était pressé. L'homme me dit que non, qu'il devait aller dans une maison de retraite pour déjeuner avec sa femme. Je me suis informé de sa santé. Il m'a dit qu'elle était là depuis un certain temps et qu'elle était atteinte de la maladie d'Alzheimer. Comme nous parlions, je lui ai demandé si elle serait contrariée s'il était en retard. Il a répondu qu'elle ne savait plus qui il était, qu'elle ne le reconnaissait plus depuis 5 ans. J'étais surprise et lui ai demandé : ‘Et vous y allez encore tous les matins, même si elle ne sait plus qui vous êtes ? ' Il souriait en me tapotant la main et dit : ‘elle ne me reconnaît pas, mais moi, je sais encore qui elle est’...J'ai dû retenir mes larmes quand il est parti… S’il est un amour dans ma vie, je voudrais qu’il fut celui-là…» phoque_crabier.jpg Phoque crabier - péninsule antarctique - Photo : © Samuel Blanc

02/09/2014

Rentrée 2014

Rentrée pour une nouvelle année radiophonique. Pour écouter ce billet réalisé en direct ce matin sur l'antenne de RCF Isère, cliquer sur la flèche ci-dessous.

Lecteur audio intégré



En cette matinée de rentrée scolaire, j’ai grand plaisir à vous retrouver chères auditrices, auditeurs et amis pour une nouvelle année radiophonique. Quelque peu intimidé, un brin impatient et heureux à la fois comme on l’a tous été devant le portail de l’école, en attendant la sonnerie. Pourquoi craindre la rentrée, si c’est pour y retrouver les amis et écrire une aventure ensemble ? Pourquoi craindre la rentrée quand la différence entre la rentrée et la reprise réside dans le fait que la première arrive sans avoir besoin d’être annoncée tandis que la seconde est annoncée sans trouver le besoin d’arriver ? Ici, à la radio, les choses sont en place : la table du studio est toujours ronde -à faire rougir les chevaliers du roi Arthur-, les micros toujours quatre, -tels mousquetaires tous pour un, un pour tous- pour mieux pointer votre attention. Et même le chrono prend son pied à me narguer, me rappelant qu’il ne me reste plus que 60 secondes d’antenne. Et au micro, je peux vous dire que 60 secondes ça passe plus vite qu’une minute ! Pour une nouvelle rentrée, l’équipe de la radio se remet en place. Un petit salut à tous, professionnels et bénévoles, toujours présents, ou nouveaux venus, ou encore partis en retraite pour d’autres aventures. Merci à Nicolas, notre responsable d’antenne, à la baguette derrière la vitre, baguette qu’il a magique à vous rendre le micro facile… Là, il faut y aller. Juste le temps de regagner le rang et vous redire le plaisir de vous retrouver à nouveau.

20090804_115116.jpg Ours polaire au Svalbard - Photo : © Samuel Blanc

24/06/2014

Pause

43° et dernier billet de l'année (radiophonique). Pause oblige ! on se retrouve le mardi 2 septembre. Vous pouvez écouter ce billet en cliquant sur la flèche ci-dessous :

Lecteur audio intégré



Avec ce dernier billet de l’année - radiophonique s’entend- je viens vous souhaiter, si cela vous est possible, une pause bien méritée. Nous sommes déjà, eh oui déjà ! à mi-chemin de l’année. Et de s’apercevoir qu’on reconnait le solstice d'été en raison de la durée minimale de la nuit se jouant de la durée maximale du jour. Sans compter qu’il y a trois jours, le soleil s’est levé le plus au nord-est, puis passé au méridien avec une hauteur maximale pour finalement se coucher le plus au nord-ouest. Qui s’en est aperçu ?...C’est le moment de lever un peu les yeux en remerciant le ciel, en se disant que nous nous agitons peut-être un peu trop, nous nous agaçons un peu vite, et que faire le jour et la nuit n’est pas –fort heureusement- de notre ressort. C’est l’heure de raccrocher le cartable en se disant que la maîtresse en fait autant, et que le passage dans la classe des grands attendra bien quelques semaines. C’est le moment de poser son sac : certains devraient en profiter pour le vider. C’est le moment rêvé d’une pause paysage, de mesurer le chemin parcouru, de faire un brin de causette, de poser pour la photo. C’est le moment de faire des choses pour le plaisir et donc pour pas grand-chose. C’est le moment de prendre un peu son temps en se disant que le temps qu’il fait, vaut certainement celui que nous en faisons. Alors bon été à vous. Le solstice, lui, a pris ses quartiers d’été, en attendant bien sûr que je vous revienne. 20080119_071448.jpg En pause... ce goéland dominicain en péninsule antarctique - Photo : © Samuel Blanc. Remerciements à Samuel et Agnès, nos guides du monde polaire, pour les photos qui ont accompagné mes billets au long de l'année.

- page 1 de 8