et si on osait...

à l'invitation de Marc Aurèle, si on osait..."faire chacun de nos actes comme si c'était le dernier".

Fil des billets - Fil des commentaires

11/02/2014

Cocorico !

Pour écouter / lire ce billet radiophonique, cliquer sur la flèche ci-dessous :

Lecteur audio intégré



Le soleil se lève toujours, même si le coq chante faux ! En voilà une bonne nouvelle qui change tout : se dire que même si le coq chante faux, le soleil se lèvera… Ca nous laisse un sacré champ libre, un espace infini ! Je reconnais là, Dame nature, sa largesse imperturbable pour les petits coqs que nous sommes aux prises de bec répétées, ergots mal placés, volées dans les plumes, envols impossibles… Et puis quoi encore ! Encore eût-il fallu que le coq chantât faux ! Dieu sait si, de toutes mes vacances enfantines à la ferme, j’ai entendu des coqs chanter, mais jamais vraiment faux. Sauf peut-être la marseillaise au stade de France ! Le seul qui a pu se vanter de chanter comme une casserole pour embêter le grand-père et ses poules, n’a eu que le temps d’un cocorico d’excuses avant la casserole. Point ne faut, disait-il, mélanger les torchons et les serviettes. Sauf qu’une serviette, n’est jamais qu’un torchon qui a réussi. Cette petite perle, ainsi que le coq qui chante faux, sont empruntés à Grégoire Lacroix et ses Euphorismes. Quelques délicieux morceaux choisis : ►Moins on en sait et plus on colporte ► Un Dieu ça ne s’implore pas, ça se mérite ►J’ai abandonné la peinture quand j’ai constaté que ma palette était plus belle que mes tableaux. ►Du fond de mon hamac, je plains ces milliers d’abeilles laborieuses à qui personne n’a dit, qu’aujourd’hui c’est dimanche…► Ne pas vouloir mourir idiot, c’est avouer qu’on voudrait être éternel. Et moi, j’aime le son du coq le soir au fond des bois… Au fond ! C’est mieux le matin, et au tas de fumier ! IMG_0086_HulotteStAgnan.JPG Chouette cette hulotte à St Agnan en Vercors. Photo Claude Villard

21/01/2014

Point

Il me fallait mettre les points sur les "i" ! Version radiophonique ce matin à l'antenne (cliquer sur la flèche pour l'écouter) :

Lecteur audio intégré



Mettons les choses au point ! Point à la ligne, ou gentiment accoquiné à la virgule, sa meilleure copine. Aussitôt qu’un point la renverse, tête en bas, c’est l’interrogation ! Ils se mettent à deux pour un tréma. A trois pour la suspension. Et plus encore, en cas de suture. Et ce n’est pas une virgule en manque de points, trébuchante comme une cédille, qui me dira le contraire ! Bien que circonspect, le point, sans disconvenir, se fait circonflexe au prix de circonlocutions très circonstanciées. Flash ou pas, il se croit tout permis, notre point … Tour à tour : point de vue, d’exclamation, d’indice, de décote, de fidélité, de côté, de croix, d’Alençon, d’attache, d’appui, de litige, de fusion, de droit même… Point devant, point presse, point org, point d’eau, point mort, point bas, pointeau, point sensible, poing fermé, mal en point, en mal de point, poinçon, pointilleux, point à Pitre, Poincaré... Permis ou cuit, à point …Et j’en passe. Soit dit entre parenthèses -et avant que je ne l’apostrophe après avoir mis les deux points pour ouvrir les guillemets- je le sens trop fat et sûr de lui, ce point qui se drape en point final. Alors qu’il n’est rien moins qu’une simple crotte de mouche sur papier ayant chu, jusqu’à en devenir pâté, dont croûte que croûte, on tente de gommer la vue … On me fait signe en régie – point d’orgue- que mes cent vingt secondes à l’antenne arrivent à point. Nommé. Le temps de vous souhaiter une bonne journée. Un point, c’est tout ! 20100619_234757.jpg Suis-moi ! un point, c'est tout ! - Photo : © Samuel Blanc

07/01/2014

Gaspard

Pour la version sonore, cliquer sur la flèche ci-dessous :

Lecteur audio intégré



On dit qu’ils sont venus d’Orient. Riches sûrement, savants peut-être, et- sauf votre respect- certainement un peu paumés pour des Rois et des Mages. Par bonheur, sur eux aussi la bonne étoile veillait qui les a conduit jusqu’en Palestine, à priori même à Bethléem, aujourd’hui ville encerclée…Nul ne sera étonné si durant plusieurs siècles les chrétiens d’Orient ont célébré la Nativité le jour de l’Épiphanie, ce que font encore les Arméniens du Caucase. On a dit que Melchior portait l’or. Balthazar l’encens. Gaspard la myrrhe… Personnellement, j’ai une préférence pour Gaspard, même si je trouve sympa de se prénommer Melchior ou Balthazar ! Gaspard portait la myrrhe : moins cotée peut-être de nos jours, mais tout aussi précieuse que l’or ou l’encens. Extraite du balsamier, arbre d’Arabie, la myrrhe a des vertus exceptionnelles que savent utiliser très tôt les égyptiens. Reconnues largement en médecine ayurvédique et traditionnelle chinoise, les vertus médicinales cicatrisantes et antiseptiques de la myrrhe sont appréciées comme de vrais cadeaux pour la santé. Puisse 2014 dans la hotte de Gaspard nous apporter un peu de myrrhe. Il est, dans notre monde, au plus près de nous, parfois même en nous, des plaies à cicatriser, des blessures à refermer, pour autant d’envies à relancer, de moral à immuniser, de chantiers à ouvrir…Puisse l’or de Melchior retrouver ses lettres de noblesse royale, car il n’est d’or que partagé...Puisse l’encens de Balthazar, attisé en volutes célestes au feu de nos vœux de bonheur et d’amour, élever un peu notre âme. Des trois rois mages guidés par l’étoile, on ne dit pas lequel marche devant. Tant pis si j’ose ! Mais Gaspard faisait la trace… en point de myrrhe !

17/12/2013

Vade retro Sac à dos...

En cliquant sur la flèche ci-dessous vous obtenez la version sonore réalisée en direct à l'antenne ce matin :

Lecteur audio intégré



Le père Noël déguisé en vendeur –ou inversement ?- me tombe dessus. Et de me présenter, à 399,99 € (ce qui n’est pas 400), la console PS 4 Sony… La tablette Google Nexus 7 avec processeur quadruple cœur…Le Smarphone iPhone 5 s Apple avec lecteur d’empreintes digitales dans le bouton d’accueil… 709 €. L’étiquette mettra fin à ma quête éthique…Je ne sais ce qui m’a pris de lui demander s’il faisait… aussi les sacs à dos ? Fusillé du regard high-tech quadruple baffes avec remontée de bretelles immédiate : « Môssieur, voyons ! Vous êtes ici dans le temple des nouvelles technologies ». Je venais de me mettre, et le vendeur et le sac…à dos ! Certes, les français vont dépenser en décembre deux milliards d’euros pour le high-tech…Vade retro sac à dos ! Les rabat-joies à la bougie disent que les nouvelles technologies consomment 14% de l’électricité totale tout en produisant autant de gaz à effet de serre que l’aviation, soit 2% des émissions globales… Vade retro sac à dos mon Pierrot, et ne daube pas sur le high-tech : tu l’utilises aussi, et avec plaisir… J’offrirai donc un sac à dos pas du tout retro, mais plutôt Vade, du verbe aller, que l’on retrouve parfois dans s’éVader… Bretelles 2D à reconnaissance lombaire, soufflet d’étanchéité 4G, pose casse-croûte à détection olfactive, frontale 3D pour le brouillard… Sauf, que high-tech ou pas high-tech, ce sac hélas ne marche pas ! Il fonctionne. Et s’il fonctionne c’est à la condition de …marcher. Retro ou pas, Vade, sac à dos…

20080427_133030.jpg Bouquetin des Alpes au Grand Paradis - Photo : © Samuel Blanc

26/11/2013

Barbelés

En cliquant sur le flèche ci-dessous, vous accédez à la version sonore de ce billet radiophonique :

Lecteur audio intégré



Pyrénées Ariégeoises. 24 vaches, 4 moutons et 2 chevaux s’ e-baladent cet été, équipés d’un système miniaturisé de localisation. A l’écran, le berger contrôle le déplacement de ses animaux. Une e-clôture, virtuelle donc, qui, -je cite ce projet - contribue non seulement à faciliter le travail des bergers…mais également à préserver le paysage pyrénéen ! ... Course dans les Ecrins. Quatre bipèdes dans une poudreuse de rêve pour une descente alpine qui ne l’est pas moins. Que se passe-t-il soudain ? Instant de relâchement au bas de la pente conjugué à un effet secondaire de la lichée de Gigondas millésimé du sommet ? Toujours est-il que je gratifie mes amis d’un vol plané magistral suivi d’une prise de tête dans la neige, royalement surlignée par mon sac à dos dans tous ses états. Bref ! Mes skis -n’en faisant qu’à leur tête- venaient de passer en-dessous du fil de fer barbelé d’une clôture dissimulée à fleur de poudreuse…pendant que le reste passait en-dessus…Il ne tint qu’à un fil –barbelé de surcroît- que je ne me relevasse point. Aussi, en apprenant récemment que les clôtures allaient devenir bientôt virtuelles, mon vol plané d’antan –qui lui était bien réel- m’est revenu en mémoire… Que ne l’eussent-ils inventée plus tôt, cette e-clôture m’épargnant la risée infernale de mes compagnons de cordée des années durant ! Adieu ! Veaux, vaches et moutons. La morale restera sauve ! Car dans les chaumières ariégeoises ça rigole dur et un collectif de bergers s’est mis en place contre ce projet. Bien qu’elles fussent la cause du plus beau vol plané de mes escapades montagnardes, j’ai, quant à moi -amoureux des vaches et de la neige- une raison de plus d’aimer les clôtures et leur pardonner de faire longtemps encore partie du paysage. ouettes_a_tete_grise_Cap_Horn.jpg Ouettes à tête blanche (elles sont bien trois) au Cap Horn - Photo : © Samuel Blanc

- page 2 de 8 -