25/11/2014

La Palice

Pour écouter ce billet radiophonique, cliquer sur la flèche ci-dessous :

Lecteur audio intégré



Nous sommes en 1525, en Italie. Il participe comme maréchal de France au siège de Pavie, aux côtés de François 1°. Hélas, il y trouve la mort. Ses soldats décident de ramener son corps en France. Quelques uns de ses hommes lui dédièrent une chanson dont l’un des vers disait : « un quart d’heure avant sa mort, il faisait encore envie ». La suite, vous la connaissez. Une malencontreuse déformation du texte liée semble-t-il à l’absence de traces écrites au profit de transmissions orales fit naitre le fameux : « un quart d’heure avant sa mort, il était encore en vie ». Sans oublier non plus : « il mourut le vendredi, le dernier jour de son âge ; s’il fût mort le samedi, il eut vécu davantage ». On venait incidemment d’émettre un truisme que d’aucuns appelleront une tautologie, ou d’autres, enfin, les plus nombreux, une lapalissade. Dussè-je rappeler aux plus étourdis, quitte à me faire tirer les oreilles, que la tautologie n’a pas plus à voir avec le traitement des totos, que la clôture avec lapalissade !...C’est ainsi que Monsieur de La Palice, plus exactement Sieur Jacques de Chabannes, marquis de la Palice, passa malgré lui à la postérité. Curieusement je me suis aperçu que le maire actuel de Lapalisse, -ville étape dans le sud de l’Allier, célèbre en son temps pour ses embouteillages mémorables sur la Nationale 7 - se prénomme également Monsieur Jacques de Chabannes. Non ! Ce n’est pas une lapalissade ! D’ailleurs, je peux vous garantir que cette semaine, j’ai fait un sans faute ; il est vrai que nous ne sommes que mardi ! A mardi prochain. manchot_royal_Georgie_du_Sud.jpg Manchot royal-Géorgie-du-Sud- nov 2014 - Photo : © Samuel Blanc

18/11/2014

Ohé des élu(e)s

Pour écouter ce billet réalisé en direct ce matin à l'antenne, cliquer sur la flèche ci-dessous :

Lecteur audio intégré



Ohé des élu(e)s ! Il en est encore -je crois- qui bossent leurs dossiers, rencontrent les gens hors campagne, convaincus et convaincants de n’avoir ni la science infuse, ni le droit de mentir ; et même se la jouent modeste… Certes, les militants bénévoles des associations, attachés au mieux-vivre ensemble, savent que rien n’est facile ; ainsi le maire que je fus dans mon petit village attachant de Chartreuse. Pour autant, la colère me gagne au spectacle consternant du grand chapiteau politico-circus...
Ohé des élu(e)s ! Ne nous dites pas que le « tous pourris » -terreau de la morosité ambiante sur laquelle certains stratèges se frottent les mains ou vendent leurs livres- est la faute des journalistes ! Cessez vos jérémiades sur les gens qui ne votent plus, ou se réfugient par défaut dans les extrêmes...
Ohé des élu(e)s ! C’est quoi ça ? La moindre manne politique pour profil de carrière… La gueule enfarinée et les pompes encaustiquées pour le show médiatique… L’avis péremptoire de la petite phrase, drapée tricolore… Ce que l’on va bien pouvoir détruire avant que de bâtir… Les chausse-trappes maintenues à température… L’opposition systématique comme mode de vote sinon de pensée… Après la porte et les affaires, le retour par la fenêtre pour se refaire… L’hémicycle de gamins dûment sanctionnés à l’école maternelle, aux travées vides inversement proportionnelles au plein de vos indemnités… Les mesures repoussées de non cumul des mandats qui en prennent pour perpète, et nous pour des ploucs…
Ohé des élu(e)s ! Elu(e)s qui font le job et pourraient me faire hésiter encore un peu à rejoindre la cohorte de ceux qui de la politique n’ont plus rien à foutre ? Sifflet ? La récré est finie…Ohé ! iceberg_1.jpg Iceberg - Photo : © Samuel Blanc

04/11/2014

Charles

pour écouter ce billet, cliquer ci-dessous :

Lecteur audio intégré



Bonne fête Charles. Et ne me dites pas que vous ne connaissez pas un Charles quelque part, histoire de lui faire sa fête ! Et même un Jean-Charles, Charles-Henri, Charles-Antoine, Charles-Edouard, Charles-Hubert. Ou encore Karl, Carlo, Charline, Carla… Pas moins de dix rois de France portent le prénom Charles : le Grand, le Chauve, le Simple, le Bel, le Sage, le Fou, le Victorieux, l’Affable, le Fanatique, le Proscrit… Si la Suède bat le record avec seize monarques prénommés Charles, l’Angleterre n’est pas en reste d’autant qu’un héritier du trône, Charles, attend depuis 60 ans. Votre attention s’il vous plait, chers auditeurs ! Deux intrus sont à débusquer dans la liste que voici (ça va aller vite) : Charles Baudelaire, Charles Dickens, Péguy, Darwin, Charles de Foucauld, Charles Bronson, Charleston, Charles Perrault, Berling, Aznavour, Ray Charles, Charlie Chaplin, Charles Elie Couture, Charlie Parker, Charles Dumont, Lindbergh, Trenet, Charles Quint, Gounot, Munch, Charles Martel, Charlemagne, Charles de Galles et son Buckingham londonien, Charles de Gaulle et son aéroport parisien, St Charles Borromée archevêque milanais, St Charles deux minutes d’arrêt, gare aux marseillais !
Bonne fête Charles ! Au risque de passer pour un Charlot ou pire pour un Charlatan, souffrez que je vous propose un Charleston ! manchot_papou.jpg Manchot Papou - Photo : © Samuel Blanc

28/10/2014

Liberté de la presse

Pour écouter ce billet réalisé en direct à l'antenne ce matin, cliquer sur la flèche ci-dessous :

Lecteur audio intégré



Reporters sans frontières publie l’édition 2014 du classement mondial de la liberté de la presse, établi selon des critères objectifs très précis et pour une liste de 180 pays. Nous apprenons que pour la 4° année consécutive, la Finlande est la bonne élève, talonnée pour la seconde année par les Pays Bas et la Norvège. À l’extrême opposé, en queue de classement, le « trio infernal » réunit à nouveau le Turkménistan, la Corée du Nord et l’Érythrée, des pays où la liberté de la presse est tout simplement inexistante. En Europe, loin derrière les pays du Nord, on trouve l’Allemagne à la 14° place, la Suisse 15°, le Royaume Uni 33°, Espagne 35°, France 39°, Italie 49°…
Reporters sans frontières souligne, et je cite : « Le rang d’un certain nombre de pays est affecté par une interprétation trop large et abusive du concept de la protection de la sécurité nationale, aux dépens du droit d’informer et d’être informé. Cette dernière tendance constitue une menace croissante au niveau global, dangereuse pour la liberté de l’information jusqu’au cœur des États de droit ».
Et de poursuivre : « Le classement 2014 souligne logiquement la corrélation négative entre un conflit – ouvert ou non déclaré – et la liberté d’information. Dans un contexte d’instabilité, les médias sont des objectifs et des cibles stratégiques pour les groupes ou individus qui tentent de contrôler l’information en violation des garanties apportées par les textes internationaux ».
De quoi, malgré notre classement hexagonal peu reluisant, se sentir privilégié. Quant à ces deux minutes radiophoniques tellement agréables en votre compagnie… ce n’est que du bonheur ! et en tout liberté. goeland_dominicain.jpg Goéland dominicain - Photo : © Samuel Blanc

21/10/2014

Céline

Pour fêter les Céline... sur une musique de Vangelis, un poème de Ghyslaine Delisle, cliquer sur la flèche ci-dessous :

Lecteur audio intégré



Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son cœur
Sans remord, sans regret, sans regarder l'heure
Aller de l'avant, arrêter d'avoir peur
Car, à chaque âge, se rattache un bonheur.

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son corps
Le garder sain en dedans, beau en dehors.
Ne jamais abdiquer devant un effort.
L'âge n'a rien à voir avec la mort.

Vieillir en beauté, c'est donner un coup de pouce
À ceux qui se sentent perdus dans la brousse,
Qui ne croient plus que la vie peut être douce
Et qu'il y a toujours quelqu'un à la rescousse.

Vieillir en beauté, c'est vieillir positivement.
Ne pas pleurer sur ses souvenirs d'antan.
Être fier d'avoir les cheveux blancs,
Car, pour être heureux, on a encore le temps.

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec amour,
Savoir donner sans rien attendre en retour
Car, où que l'on soit, à l'aube du jour,
Il y a quelqu'un à qui dire bonjour.

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec espoir
Être content de soi en se couchant le soir.
Et lorsque viendra le point de non-recevoir,
Se dire qu'au fond, ce n'est qu'un au revoir.

castor_du_canada.jpg Castor-du-Canada - Photo : © Samuel Blanc

- page 2 de 44 -